La modélisation de contenu, une compétence maîtresse

Par Rachel Lovinger

Dans « Tinker, Tailor, Content Strategist », paru conjointement [sur le site original, NdT], je vous ai interrogé sur les compétences phares de la stratégie de contenu. Il n’est que justice que je partage l’une de mes préférées avec vous.

Je trouve de plus en plus que le modèle de contenu est un des outils les plus importants à ma disposition dans la stratégie de contenu. Il me permet de représenter le contenu en traduisant l’intention, les besoins des participants, et les exigences fonctionnelles de l’expérience utilisateur pour aider les développeurs à implémenter le CMS. Le modèle de contenu m’aide à assurer que ma vision du contenu devienne réalité.

Qu’est-ce qu’un modèle de contenu ?

Un modèle de contenu documente tous les types de contenu qui apparaîtront dans un projet particulier. Il contient les définitions détaillés des éléments de chaque type de contenu et leurs relations les uns par rapport aux autres. On peut en capturer une version simplifiée dans un organigramme ou une version plus détaillée dans une feuille de calcul. Le niveau de détail est déterminé par les besoins que vous devez combler.


Un modèle de contenu simplifié

Le modèle de haut niveau montré ici représente certains types de contenu communs pour un site de musique, et la façon dont ils sont reliés entre eux. Les éléments dans le classement des ventes seraient liés à des pages concernant les chansons, les artistes et les albums correspondant dans la liste. Les pages d’album, d’artiste et de chanson seraient aussi reliées entre elles. Ce modèle peut être utilisé pour valider le concept avec les parties prenantes ; et pour aider les architectes de l’information et les designers à appréhender les implications pour l’agencement du site.

La plupart du temps, cependant, vous aurez besoin d’un modèle plus détaillé qui décompose chaque type de contenu en divers composants et fournit des informations comme les formats dans lesquels ces attributs sont attendus. Dans l’exemple ci-dessus, un modèle plus détaillé — montrant les attributs concernant un album, un artiste ou une chanson — serait développé pour guider le design des pages et aider à la configuration du CMS. Il sera aussi utile pour assurer la formation des créateurs de contenu.

En quoi un modèle de contenu est-il important ?

Le modèle de contenu et le travail des diverses autres disciplines s’influencent réciproquement. Un modèle de contenu clarifie les exigences et encourage la collaboration entre les designers, les développeurs du CMS et les créateurs du contenu.

Pour les architectes de l’information et les designers — le modèle de contenu aide les architectes de l’information et les designers à s’assurer que les gabarits des pages s’adaptent à tous les types de contenu prévus et offre des informations sur les morceaux de texte et les médias qui seront disponibles pour la composition de la page. En même temps, le modèle de contenu doit s’adapter au contenu, à la mise en page et aux fonctionnalités présentées dans les designs. Si des légendes sont présentes dans la mise en page, elles doivent apparaître dans le modèle « Image ». Si les évènements doivent être triés par date, alors « Date » doit être indiquée dans un champ séparé et dans un format qui permet le tri — pas seulement sous forme de texte. En fonction de la complexité du site, un niveau de détail haut à moyen est suffisant pour les designers.

Pour les développeurs — Le modèle de contenu aide les développeurs à comprendre les besoins et exigences en matière de contenu quand ils configurent le CMS. Étant donné la grande diversité des CMS, il y a beaucoup de façons d’accomplir le même effet. Si le modèle de contenu décrit quelque chose qui n’est pas facilement accompli par un CMS donné, le modèle aide les développeurs à ajuster leur approche pour créer l’effet désiré d’une façon compatible avec le fonctionnement du CMS. Les développeurs auront besoin d’un plus grand niveau de détail dans le modèle de contenu. Si le stratège de contenu ne les fournit pas, les développeurs vont interpréter les besoins en matière de contenu et combler les lacunes eux-mêmes. Et ils ne sont peut-être pas en position de garder à l’esprit tous les exigences de design en plus des besoins des producteurs de contenus qui vont utiliser le système.

Pour les auteurs et les producteurs — Le modèle de contenu donne aux auteurs et producteurs de contenu des indications sur le contenu à produire ou à écrire, et sur la façon de l’insérer dans le CMS. Même s’ils ne font pas partie du processus de modélisation de contenu, il est important de garder ce public en tête car c’est eux qui travailleront avec le CMS tous les jours. Pour eux, assurez-vous que le modèle reste intuitif, soyez cohérents pour limiter la quantité de types de contenu similaires et évitez les redondances au maximum. La manière dont vous articulez le modèle de contenu peut aussi bien leur faciliter la tâche que leur faire redouter d’utiliser le système.

Comment créer un modèle de contenu ?

Il y a trois choses essentielles à considérer :

  1. Le modèle d’assemblage : la manière dont les créateurs de contenu vont combiner des éléments de contenu pour en faire des pages web, des campagnes, des documents et d’autres produits.
  2. Les types de contenu : les différentes configurations de contenu qui sont suffisamment distinctes pour être des types uniques dans le système.
  3. Les attributs de contenu : le contenu et les éléments de métadonnées qui constituent chaque type, y compris la façon dont ils sont reliés entre eux.

Le modèle d’assemblage

Il est important de comprendre que la plupart des CMSs sont biaisés. Ils sont souvent conçus autour d’une certaine « unité » de contenu et c’est ce qu’ils sont optimisés pour créer. Pour les applications de blog, l’unité est un billet. Pour SharePoint, il s’agit d’un document. Pour la plupart des CMS web, l’unité est une page web même si nous sommes plus enclins à créer des sites dynamiques qui utilisent et réutilisent le contenu dans diverses configurations.

Durant une conversation au début d’un projet utilisant FatWire, j’ai commencé à esquisser comment les éléments d’une page pouvaient être assemblés. Un des développeurs à immédiatement observé : « C’est une manière de faire à la “Interwoven”. On ne peut pas faire cela avec “FatWire” ». Interwoven est une ligne de produit CMS qui permet d’identifier un groupe d’attributs répétés à l’intérieur d’un élément de contenu. Par exemple, un élément de FAQ peut être composé d’une question, d’une réponse, d’une image optionelle et d’un lien optionnel. En créant la page, le créateur de contenu peut « répliquer » ce groupe d’attributs pour créer autant d’éléments de FAQ que nécessaire pour compléter la page. FatWire ne permet pas ce genre de réplication ad infinitum de groupes d’attributs. Il faut spécifier le nombre maximum de champs dont on aura besoin pour tous les couples question-réponse (et l’utilisateur peut en laisser certains vides), ou alors, il faut définir les couples questions-réponses comme un type de contenu séparé avant de les réassembler sous forme de liste pour la page FAQ.

Pour prendre ces décisions, vous devez examiner à quel point votre contenu doit être modulaire. Certains types de contenu, comme un communiqué de presse, peuvent être assez indépendants. Chaque instance d’un communiqué de presse va créer une page. Dans d’autres cas, vous aurez des pages composées de beaucoup de modules de contenu réutilisables différents collectés pour créer l’ensemble. Dans l’exemple de la FAQ, si vous voulez être en mesure d’utiliser certaines questions sur de multiples pages, alors il est logique de stocker chaque couple questions-réponses comme un élément de contenu indépendant. Ensuite, ils pourraient être regroupés dans des listes manuellement, ou ils pourraient être étiquetés avec des termes puis dynamiquement assemblés en FAQs thématiques.

Quelques autres points à considérer en pensant au modèle d’assemblage

Ne vous inquiétez pas trop d’obtenir des réponses précises à ces questions lors de ce stade initial. Ces informations vous aideront à orienter les décisions lors des deux prochaines étapes. Même si vous ne pouvez pas obtenir un consensus sur les réponses, connaître les questions vous aidera à mener vos réflexions et discussions dans la suite du travail.

Les types de contenu

Les questions sur le niveau de structuration du contenu vous aideront à déterminer ce qui constitue un type de contenu distinct. Si le contenu n’a pas besoin d’être structuré, vous pouvez avoir un type de contenu de base et y mettre tout ce dont vous aurez besoin. C’est le principe qui sous-tend un billet de blog. Très souple, mais très peu structuré.

Plus probablement, vous voudrez créer au moins quelques types de contenus structurés. Ensuite, vous devrez rendre vos types de contenu abstraits et créer des modèles. Considérez les éléments qui composent un contenu et déterminez combien d’attributs ils ont en commun. Par exemple, une recette est clairement très différente d’un diaporama. Mais un profil de « Groupe musical » est-il assez proche d’un profil d’« Acteur » pour qu’ils puissent être deux variétés du même type sous-jacent « Profil » ?

Il y a d’autres raisons pour faire de nouvelles distinctions entre types de contenu :

  1. Éléments distincts et réutilisables. Vous pouvez décider de créer un type de contenu Auteur qui contient le nom, la bio et photo de chaque auteur. Ceux-ci peuvent ensuite être associés à tout contenu rédigé par cette personne.
  2. Les exigences fonctionnelles. Une vidéo peut être un autre type de contenu, car la couche de présentation doit être prête à charger le lecteur vidéo.
  3. Exigences organisationnelles. Un communiqué de presse peut être très similaire à une page de contenu général, mais ils seront rassemblés dans une page ou section dédiée maintenue à jour automatiquement. Ils seront plus simples à filtrer s’il s’agit d’un type de contenu particulier.

Les lignes de démarcations peuvent devenir floues, surtout parce que certains éléments au sein d’un type de contenu seront toujours facultatifs. Parfois, la décision se résume à la question « Combien de différences sont nécessaires pour séparer un groupe en plusieurs groupes complétement différents ? » Quand une situation est trop indécise, mieux vaut collaborer avec votre équipe technique et les analystes métier ou les analystes fonctionnels pour trouver la meilleure approche.

Attributs de contenu

Dans la dernière étape, vous allez identifier chaque attribut de chaque type de contenu. Cela inclut à la fois le contenu que vous pouvez voir sur la page, et les métadonnées, que vous ne voyez pas. Cela comprend aussi les relations avec d’autres types de contenu. Par exemple, si vous créez un type de contenu distinct « Auteur », vous devrez indiquer qu’une « Critique » peut avoir un « Auteur » associé.

Certains éléments seront évidents : votre communiqué de presse a un titre, peut-être un sous-titre, une image optionelle, et le corps du texte. Mais déterminer quels éléments d’information doivent être saisis dans des champs distincts peut poser un problème dans certains cas. Considérez ce qui suit :

Une fois que vous avez déterminé les différents éléments, vous aurez également besoin d’indiquer des informations telles que le format dans lequel chaque élément doit être indiqué et s’il est optionnel . Par exemple, si vous voulez trier un certain type de contenu par date, chaque instance doit avoir une date, et vous ne pouvez pas avoir des dates entrées sous la forme mm / jj / aaaa et d’autres saisies sous la forme jj / mm / aaaa. Encore une fois, coordonnez-vous avec votre équipe technique pour vous assurer que vous leur fournissez les informations dont ils ont besoin pour configurer le système. Et coordonnez-vous avec votre analyste métier afin de vous assurer que vos recommandations sont cohérentes.

Documenter le modèle de contenu

Étant donné que le modèle de contenu sert des publics différents, à différentes étapes du projet, traitez-le comme un document vivant. Il n’est jamais vraiment complet - vous arrêtez de le mettre à jour lorsque le projet est terminé. En tant que tel, il est plus utile comme document de travail plutôt que comme livrable définitif. Au cours du cycle de vie d’un modèle de contenu, beaucoup de personnes auront des suggestions, et il est même possible que des personnes différentes en seront responsables à différents stades du projet. Dans la plupart de mes projets, j’ai transféré le modèle de contenu soit à un analyste fonctionnel soit à un développeur à un moment donné.

L’équipe du projet utilisera principalement le modèle de contenu en interne. J’ai rarement vu des intervenants extérieurs vouloir examiner un modèle de contenu en cours de route. Quand ils l’ont fait, ils ont eu peu à dire à son sujet. Ce qu’ils veulent, c’est un CMS qui réponde à leurs besoins en matière de design, de technologie et d’affaires, et que le système soit utile aux personnes qui auront à s’en servir. Le modèle de contenu permet à l’équipe d’y arriver.

À l’occasion, vous devrez peut-être demander aux parties prenantes d’émettre des suggestions ou de prendre des décisions. Il est peut-être utile d’extraire les détails importants et de les présenter séparément. De cette façon, chacun peut se concentrer sur la question posée présentement sans essayer de comprendre l’ensemble du modèle de contenu.

Si vous devez également mettre en place une formation CMS ou des lignes directrices de production de contenu, le modèle de contenu fournit une base de travail bien utile. Vous pouvez facilement extraire des informations en fonction des besoins et les reformater dans un document plus convivial. Bien que nous puissions lutter pour un CMS bien configuré qui sera intuitif et facile à utiliser, la réalité de la mise en œuvre est presque toujours plus compliquée. Fournir des conseils appropriés aux utilisateurs de CMS pourrait faire la différence entre un projet perçu comme un succès ou comme un désastre.

Conclusion

Le modèle de contenu est un outil puissant pour favoriser la communication et l’alignement des efforts entre la conception UX, l’éditorial et les ressources techniques sur un projet. En définissant clairement le modèle d’assemblage, les types de contenu et les attributs de contenu, nous pouvons aider à faire en sorte que la stratégie de contenu envisagée devienne une réalité pour les créateurs de contenu. Dans mes projets récents, je trouve que la modélisation de contenu est de plus en plus demandée. C’est une compétence précieuse pour tout stratège de contenu, en particulier ceux qui visent la maîtrise de la discipline.


Translated with the permission of A List Apart and the author[s].

Fiche technique

À propos de l'auteur

Rachel Lovinger est directrice de Stratégie de Contenu à l’agence Razorfish de New-York. Elle se consacre à l’exploration d’un futur dans lequel l’information est plus structurée et où les connexions utiles se révèlent plus facilement.

Articles similaires

Voici la liste des dix articles les plus récents en rapport avec cet article :

stratégie de contenu

© 2001-2014 Pompage Magazine et les auteurs originaux - Hébergé chez Nursit.com ! - RSS / ATOM - About this site